ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Cloud

G-Core Labs met le cap sur l’Allemagne



Une vue des infrastructures de G-Core Labs au Grand-Duché. L’entreprise ouvre désormais une succursale et un cloud public en Allemagne.  (Photo: G-Core Labs)

Une vue des infrastructures de G-Core Labs au Grand-Duché. L’entreprise ouvre désormais une succursale et un cloud public en Allemagne.  (Photo: G-Core Labs)

L’entreprise de solutions de cloud installée au Luxembourg ouvre son 16e cloud public à Francfort-sur-le-Main et son sixième bureau à Hambourg.

Après les Pays-Bas en mai , octobre 2021 sera le mois de l’Allemagne pour G-Core Labs. L’entreprise de solutions de cloud basée au Luxembourg vient d’y ouvrir un bureau, à Hambourg, et un «cloud public», à Francfort-sur-le-Main. Elle possède désormais six bureaux au total (avec celui en Allemagne, en Lituanie, un en Biélorussie et deux en Russie) et 16 infrastructures de cloud public (au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Russie, au Japon, à Singapour et aux États-Unis).

Cinq personnes travaillent pour sa succursale allemande pour le moment, dirigée par Elena Simon. Mais ce chiffre est amené à croître. Pour un total de 400 salariés, dont 30 au Grand-Duché.

Vers 40 clouds publics

L’objectif de cette implantation: être présente dans la région «Allemagne-Suisse-Autriche», où «se trouvent certaines des plus grosses économies européennes», justifie un porte-parole de l’entreprise aux 30 millions d’euros annuels de chiffre d’affaires, pour 1,7 million d’euros de bénéfices.

Grâce à ses 120 réseaux de diffusion de contenu à travers 100 villes dans le monde, G-Core Labs accumule les citations au «Guinness World Records» pour permettre à des millions de joueurs de jouer au même moment. Elle propose aussi des services comme un hébergement géré ou une protection contre les attaques DDoS. Et compte parmi ses clients Avast, Michelin, ou encore l’éditeur américain de jeux vidéo RedFox Games.

Après Francfort, G-Core Labs prévoit de passer à un total de 40 clouds publics dans les deux ans à venir. Et vise particulièrement «l’Asie, l’Australie et l’Europe».